source: http://www.rootsroads.com/
info@rootsroads.com
Consommer moins en portant uniquement des vêtements écologique

La post fashion ou l’anti-mode : pour changer la culture et protéger la planète

Lorsque l’on souhaite agir pour le climat (ou pour sa santé) de nombreux domaines s’offrent à nous. Pour moi, si l’on veut vraiment du changement, on doit changer de système et pour changer de système, il faut réinventer notre culture, notre imaginaire.

C’est tout simple, on ne peut pas créer un monde écologique en continuant à dépendre d’une industrie énergivore pour notre musique, nos loisirs ou nos vêtements.

Pour changer le monde, nous devons créer ou incarner une culture qui respecte nos valeurs. Cela passe par l’art, par la musique, par la nourriture et aussi par l’habillement.

Dans un monde respectueux de l’environnement et de l’humain, on s’habillera différemment. On ne pourra plus consommer 7 kilos de vêtements par an (moyenne suisse), ni profiter de bas prix grâce au salaire de misère d’ouvriers au Bengladesh ou au Pakistan (parmi les premiers producteurs mondiaux).

On ne portera plus des couleurs vives polluants nos rivières. On refusera d’utiliser des textiles synthétiques issus du pétrole (le polyester est le premier textile au monde), dont les microplastiques polluent les mers (500 000 tonnes relachées dans les océans chaque année). Dans certains endroits, environ 90% des microplastiques viennent de fibres textiles synthétique (étude sur les rivages de la Suède). Ce sont nos vêtements, nos canapés, nos tapis, etc.

La seconde main ce n’est pas la bonne solution (ou la seule)

Cela fait plus de 10 ans que je n’achète plus rien de neuf et j’en suis assez contente, pourtant, quelque chose ne va pas. Certes, mes vêtements n’ont pas été produits et n’ont pas voyagé exprès pour moi, mais ils contiennent toujours un bonne partie des produits chimiques liés à leur production et à leurs teintures. A chaque lavage ces produits polluent l’eau et tous les jours, ils sont en contact avec ma peau.

L’autre problème est au niveau culturel. En portant de la seconde main, je me fonds dans le décor, je fais comme si tout allait bien, comme si on pouvait vraiment avoir plein de vêtements de toutes les couleurs et de toutes les formes et comme si c’était normal d’en porter des nouveaux chaque année.

En plus de cela, je contribue à donner bonne conscience à ceux qui achètent et jettent des vêtements régulièrement et je dépends de ce gaspillage pour m’habiller.

Un nouveau modèle s’impose, pour créer le monde que nous souhaitons dès aujourd’hui, cela passe aussi par notre relation aux vêtements.

Renoncer à la mode vestimentaire, c’est sortir d’un système d’obsolescence programmée : pour que l’on achète leurs produits, en plus de produire des vêtements qui s’abiment vite, l’industrie de la mode crée de nouvelles tendances qui rendent nos vêtements ringards en peu de temps, ou qui nous donnent envie de nouveautés.

Dans un monde un peu robotisé et anonyme, les vêtements deviennent même le moyen de dire qui on est, d’exprimer notre créativité, notre originalité, notre appartenance à un groupe, nos idées, notre milieu social ou notre rejet des conventions.

On a beau avoir un style différent, on finit par tous faire pareil : surconsommer. Ces quinze dernières années, la consommation de mode chez les occidentaux a doublé ! L’industrie vestimentaire produit 10 % du Co2 mondial et chaque année, plus de 100 milliards de vêtements et accessoires sont vendus dans le monde. Rappelons que nous sommes environ 8 milliards d’être humains. Je me demande comment on fait pour consommer autant… Ajoutons les vêtements jetés sans même être vendus. D’après le PNUE, un quart de notre budget carbone mondial sera utilisé par la mode en 2050, si l’on ne change rien. On peut encore citer beaucoup de chiffres, mais ça risque de devenir déprimant à force de les lister.

Comment ameliorer la situation? Cultiver du coton bio en Asie (toujours gourmand en eau et en CO2) et continuer à surconsommer et à jeter des vêtements par tonnes, ce n’est pas la solution. Produire mieux n’enlève pas le problème de surconsommation, qui augmente avec la population. Nous devons changer notre rapport à l’habillement.

D’où vient notre surconsommation ?

Avant l’industrialisation, et jusqu’au 18e/19e siècle, il n’y avait pas vraiment de mode (sauf à la cour du Roi, puis peu à peu dans les villes grandissantes). Les vêtements coutaient cher, ils étaient faits pour durer. On avait donc peu de vêtements et on les réparait. Ils étaient souvent faits en chanvre. Chez les plus riches, l’habillement servait à marquer la distinction sociale, selon la qualité de l’étoffe, le nombre de couleurs et le nombre de vêtements que l’on possédait.

Avec la mécanisation, l’agriculture chimique, les importations, l’esclavagisme ou l’exploitation de travailleurs pauvres et d’enfants, nous avons eu accès à des vêtements à bas prix. A partir de là, nous avons pu arborer couleurs et styles différents, au gré de nos envies ; variant de jour en jour notre habillement et, parfois, se pavanant aux yeux des autres. Ah la vanité… Celle-répond quand-même à un besoin d’exister, d’être, d’exprimer qui on est ! Nous en avons besoin, surtout si peu d’espaces d’expression nous sont laissés (pas facile de laisser sa trace dans une société un plutôt anonyme et en ville). Au delà des vêtements, nous pouvons créer d’autres espaces d’expression.

Pour résumer l’évolution récente de l’habillage :

Jusqu’au 18e, fin du 19e siècle :

  • fibres naturelles (chanvre, lin, laine, principalement)
  • production sans produits chimiques
  • production peu gourmande en eau
  • artisanat et économie locale
  • vêtements de qualité
  • prix plus élevé
  • peu de quantité de vêtements
  • peu de couleurs (en général couleur naturelle)

A partir de l’industrie de la mode de masse :

  • fibres synthétiques en majorité
  • production avec produits chimiques (aussi pour les fibres naturelles)
  • exploitation d’employés à l’étranger
  • bas prix
  • grandes distances
  • basse qualité
  • grande quantité de vêtements
  • beaucoup de couleurs en teintes chimiques (polluantes et dangereuses pour la santé)

1. La chimie a permis davantage de couleurs et de matières synthétiques, ce qui a fait baisser les prix.

2. Le transport et l’exploitation de populations plus pauvres permet encore de faire baisser les prix.

3. Les bas prix ont permis l’augmentation de la consommation (avec un même budget).

Finalement, il n’y a pas de vêtements à bas prix et écologiques. Les vêtements pas chers, impliquent en amont davantage de pollution et d’exploitation humaine, et cela crée de la surconsommation. Alors nous devrions revoir notre image des vêtements chers : un prix plus élevé c’est finalement positif, dans les causes et dans les effets.

Dans un futur proche, s’il faut y mettre le prix, peut-être que l’on ne se démarquera non plus par le style fashion et la quantité de vêtements, mais par l’excellence et la qualité écologique et éthique de nos vêtements.

Choisir le changement

Avoir beaucoup de vêtements de qualité cela coûte cher, c’est vrai dans le passé comme aujourd’hui, rien n’a vraiment changé de ce point de vue. Par exemple, un vêtement fabriqué en France avec du lin français bio, coûte environ 10 fois plus cher qu’un vêtement de basse qualité produit en masse au Bengladesh.

Par conséquent, si je veux acheter des produits qui respectent mon éthique et ma santé, je dois soit :

  • dépenser 10 fois plus, pour tenir le rythme (pour avoir des vêtements multiples comme les autres).
  • soit dépenser pareil, mais avec moins de pièces de vêtements. C’est-à-dire que je dois renoncer à la culture de la consommation et à la mode.

C’est cette 2e solution que je propose.

Lancer une anti-mode hors de la mode, une nouvelle culture post fashion

Si je m’offre un vêtement de haute qualité, le vêtement de rêve, beau, écologique, agréable à porter, qui fait me fait tant plaisir à acheter chez un producteur local, comme c’est cher, je ne m’en achète qu’un et je continue de porter le reste ?

Si je veux me fondre dans la masse ou faire comme tout le monde, mon vêtement idéal (et mon monde idéal) se fondra dans la masse. Tout sera resté pareil, j’aurai juste fait une bonne action (pour moi et pour la planète).

Alors, le vrai changement c’est : l’anti-mode. Je me débarrasse de l’idée de m’habiller avec peins de vêtements différents et avec des couleurs flashy, du blanc ou du noir, j’arrête de changer de look chaque jour ou chaque deux jours, et avec ça, je me débarrasse de mes anciens vêtements (certes je vais consommer des produits neufs mais c’est un mal pour un bien, une transition culturelle). Je refais ma garde-robe en mode « de haute valeur – ecolo – sain – local ».

Renoncer à la mode, c’est diffuser un nouveau modèle, celui où on est prêt à payer plus cher pour les meilleurs vêtements, et cela se montre en laissant derrière soi la mode de masse. Je ne joue plus à la mode avec pleins de vêtements et de motifs colorés.

Je participe à créer une anti-mode, faite de vêtements en fibre naturelle cultivée sans pesticides, traitée sans produits chimiques et colorée avec des pigments naturels ou laissée en teinte brute. Tout cela en local, artisanal si possible, et à un prix honnête.

Au lieu d’avoir 10 pantalons, 5 shorts, 10 jupes, 20 t-shirts et débardeurs, 20 robes, 15 pulls, 10 gilets,…affichants marques, couleurs, slogans et motifs divers, je prends ce dont j’ai vraiment besoin.

Je m’exprime autrement que sur mon look. En créant de belles choses dans ma vie, en créant des projets.

Aller vers moins de vêtements et de meilleure qualité
Repenser notre rapport aux vêtements

Ou alors, si je tiens à m’exprimer par mon habillement, je peux créer, par exemple des accessoires faits mains ou que j’achète à un artisan. Pourquoi ne pas accrocher mon message du jour sur mon pull avec des épingles ? Je peux aussi écrire avec des pin’s. Ou faire de la broderie comme ça se faisait avant, en style revisité : un fil en laine naturelle et mon message s’écrit à l’aiguille, puis je le découds et j’en refais un nouveau quand je change de philosophie. Il est aussi possible de dessiner avec des pigments naturels (jus de betterave, chlorophylle, prunelles,…) et de renouveler son dessin au prochain lavage (sans fixateurs chimiques, il est difficile de teindre les tissus).

Personnellement, je pense que les vêtements doivent cesser d’être des panneaux publicitaires, des supports de propagande ou de vanité. On a mille trésors en nous pour se faire remarquer et aimer par nos pairs.

Retrouver des vêtements simples, cela me fait penser à Einstein, qui, d’après la légende, s’était fait tailler 10 costumes identiques pour ne plus avoir à se soucier de son habillage (il avait d’autres préoccupations en tête). Mais la différence, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des vêtements tous identiques. Simplement d’en avoir moins, de la meilleure qualité locale et avec peu de couleurs (ou uniquement naturelles).

Sortir de la surconsommation, cela veut dire aussi s’engager à réparer ses vêtements, auprès de couturier-e-s (un métier qui disparaît), ou en apprenant à coudre soi-même.

Une fois nos vêtements trop abimés, ils peuvent être recyclés ou compostés, car ils sont biodégradables !

Pour finir, iI faut compléter nos textiles et habillements pour nos chaussures, notre maison (literie, canapés, tapis,…). Commencer par renouveler sa literie avec des matières naturelles c’est un premier pas facile. Cela évite de polluer davantage car à chaque lavage de notre literie industrielle, les produits chimiques des textiles partent dans l’eau.

Avec moins de fibres synthétiques, l’air ambiant de nos maisons est plus sain (actuellement pollué par du formaldéhyde et autres produits tels que des retardateurs de flamme). Les textiles naturels (lin, chanvre, juste, soie, laine,…) présentent l’avantage de brûler seulement à hautes températures et de ne pas fondre comme les matières synthétiques (les vêtements en polyester peuvent fondre et causer ainsi de brûlures graves sur notre peau, tout en dégageant des fumées toxiques). Ainsi, les matières naturelles ont peut-être moins besoin d’être aspergées de produits toxiques anti-flammes. On s’en portera tous mieux !

Quels textiles acheter ?

Parmi les fibres locales en Europe, nous avons le lin (la France est le premier producteur mondial), le chanvre et l’ortie (en Chine ils ont la ramie, une cousine de l’ortie).

Ces cultures sont très écologiques car elles n’ont pas besoin de pesticides et consomment peu d’eau (le lin se contente de l’eau de pluie). De plus, ces plantes captent le CO2 : le lin capturerait 3,7 tonnes de CO2 par an ! Et le chanvre autant qu’une forêt. Mais n’allons pas surconsommer et surproduire pour autant, gardons nos forêts et achetons à prix honnête des vêtements beaux et en quantité raisonnable. Si la culture change nous n’aurons plus besoin de nous démarquer par nos habits ou de suivre le rythme de consommation de l’industrie.

La laine et la soie ne sont pas aussi écologiques mais elles sont plus économes en ressources et en distance que le synthétique et le cotton (qui épuise les ressources d’eau et qui utilise 25% des pesticides mondiaux !).

Quand on prend conscience de l’impact de la mode et de la quantité de vêtements que l’on porte, on peut décider de sortir de ce modèle. Un jour, il sera normal de porter des vêtements naturels et locaux, de ne plus arborer de motifs flashy,  être à la mode industrielle deviendra peut-être même ringard…

A nous de jouer ! Cessons de porter les vêtements de cette industrie destructrice, qu’ils soient neufs ou d’occasion. Créons une nouvelle culture d’habillement qui respecte la vie et notre vision du monde !

share post :

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisment ad adsense adlogger